Skip to Content

Block Magazine

La créativité a sa place
Numéro 24

L’autre zen

Une porte ouvragée sépare une rue torontoise d’Othership, un spa mêlant bien-être, expérience sociale et changement d’état mental.

Par: Maryam Siddiqi

PHOTOS Par: GRAYDON HERRIOT

OFFERTES PAR: OTHERSHIP

L’Othership n’est qu’à un pâté de maisons des rues animées de King West, mais ces quelques mètres suffisent à changer d’ambiance. C’est plus tranquille, plus silencieux, plus détendu : un lieu idéal pour vivre une expérience de bien-être qui se veut sociale, partagée entre amis de longue date ou que l’on vient tout juste de rencontrer.

Cet endroit unique en son genre à Toronto, qui combine sauna collectif et bains de glace, affiche son originalité dès l’arrivée. Son enseigne, un caisson lumineux jaune accroché en surplomb, brille comme un phare tandis que la poignée de sa porte d’entrée, une version tactile du logo d’Othership, évoque tant une toupie qu’un vaisseau spatial.

« L’idée est de piquer la curiosité, de mêler le jeu et l’inconnu », explique Harrison Taylor, l’un des cinq fondateurs d’Othership.

Une fois à l’intérieur, les clients peuvent choisir de « suivre le flot », passant du chaud au froid comme bon leur semble, ou de participer à une séance guidée. Un guide, tel Harrison Taylor, leur proposera alors des exercices de respiration, de circulation et de méditation dans le sauna, puis les encouragera à se plonger dans un bain d’eau glacée.

« Le chaud et le froid nous font prendre conscience de notre corps, du moment présent, du moi et de l’autre. »

 

Avant de s’aventurer dans les quatre bains d’eau glacée d’Othership, on passe par le vestiaire universel.
Entre trempette glaciale et suée au sauna, les visiteurs peuvent socialiser autour d’un verre ou de la cheminée dans des espaces conçus pour une expérience partagée.

« Le chaud et le froid nous font prendre conscience de notre corps, du moment présent, du moi et de l’autre », précise-t-il.

Ce lien entre le chaud et le froid a également servi de fil conducteur à l’aménagement de cet espace de 280 m2 ainsi qu’au choix des matériaux qui le composent, explique Ali McQuaid, directrice de la création de l’agence de design Futurestudio. « Il y a un mouvement fluide, qui s’impose à nous en quelque sorte, lorsqu’on se déplace de la partie chaude à la partie froide et vice-versa. »

Surprise et plaisir y attendent les clients à chaque instant, le lieu ayant été imaginé comme une manifestation de ce qui arrive au corps et à l’esprit naviguant entre chaud et froid en l’espace d’une heure.

Toujours d’après Ali McQuaid, le bois de cèdre, qui habille le sauna et les murs, a été inspiré par le chaud et la brique, qui recouvre les murs des bains et la cheminée du salon de thé, par le froid.

Les différents sièges et le sol du salon de thé sont revêtus de tissus conçus pour les bateaux et donc capables de résister à l’humidité comme aux pieds mouillés. « Au lieu des spas, on a préféré regarder ce qui se faisait dans d’autres établissements où l’eau entre en jeu », ajoute-t-elle.

L’éclairage aussi était important, tant pour définir l’ambiance que pour créer un sentiment de sécurité pour tous. Les suspensions et luminaires encastrés produisent une lumière douce et tamisée pendant que des bougies éclairent chaleureusement les coins. Dans le salon de thé, un globe diffuse une lumière à la James Turrell, énergisante ou apaisante selon sa couleur, poursuit la designer.

Le but, conclut Harrison Taylor, était de créer un espace sécuritaire et propice à la transition, d’accompagner le passage physique de la rue au sauna, du tailleur-pantalon au maillot de bain devant des inconnus, du chaud au froid.

« Les gens étant à moitié nus, on doit faire en sorte qu’ils se sentent bien dans leur peau, vulnérables et à l’aise en même temps. C’est un lieu où s’opère un changement d’état, on en sort différent. »

Le sauna, qui peut accueillir 50 personnes, est en thuya géant, inspiré par le chaud, et en brique, inspirée par le froid.

Partager cet article