Skip to Content

Block Magazine

La créativité a sa place
Numéro 25

Mardi 30 août 9h18

Le fruit du travail d’une cidrerie ontarienne, récolté sous la pluie.

PAR: MARYAM SIDDIQI
PHOTOS PAR: CHLOë ELLINGSON

 

Le fruit du travail d’une cidrerie ontarienne, récolté sous la pluie.
Tariq Ahmed, fondateur de la cidrerie Revel, cueillera 1800 kilos de pommes dans ce verger qu’il a visité en août. Seul employé en 2014, il dirige à présent une équipe de 10 personnes.

<< Nous ramassons les fruits, fleurs et plantes en fonction des saisons. >>


La pluie fine offre enfin un répit à cette région du sud de l’Ontario après l’intense chaleur humide qui a sévi tout l’été. C’est aussi une manière pour Dame Nature d’épousseter les pommes sauvages que la cidrerie Revel, située à Guelph, s’apprête à cueillir.
Alors que trois membres de l’équipe étendent une bâche dans l’herbe haute, appuient une échelle contre un tronc et s’emparent de leur cueille-fruits, Tariq Ahmed, fondateur de Revel, pointe un pommier du doigt à une vingtaine de mètres de là. « On ne l’a vu qu’aujourd’hui. On était pourtant là hier pour la cueillette, mais on l’a loupé. » L’arbre ainsi démasqué croule sous les petites pommes rouges. Il est temps de l’alléger. Au total, le verger de la ferme Caledon, où se trouve la brasserie Sonnen Hill, fournira 1 800 kilos de pommes à Tariq, qu’il transformera en 1 000 litres de cidre. C’est en solo qu’il a lancé Revel en 2014. Aujourd’hui, l’entreprise emploie 10 personnes, qui produisent 80 cidres différents. Soumis au bon vouloir de Dame Nature — encore elle —, tous ne sont pas disponibles en même temps. « Nous sommes avant tout des cueilleurs. Nous ramassons les fruits, fleurs et plantes en fonction des saisons », explique-t-il.
Tariq avait repéré le lieu quatre jours avant ce matin pluvieux : « Je suis venu jusqu’ici en espérant trouver un pommier ou deux. C’est le propriétaire, Calum Hill, qui m’a fait faire le tour. Au final, il y en a 50! »
C’est la première année que Tariq fait la cueillette de pommes ici. Normalement, fin août, il est occupé avec les nectarines. « D’habitude, on est en train de dénoyauter environ 900 kilos de nectarines à la main. Ça nous prenait deux semaines jusqu’à présent. » Mais grâce à une toute nouvelle dénoyauteuse, le travail est abattu en 24 heures.
Le cidre fabriqué à partir de la variété de pommes cueillies aujourd’hui sera envoyé aux quatre coins de l’Amérique du Nord et ira même jusqu’en Suède et à Shanghai
« Nos clients aiment la nouveauté, conclut-il. Comme nous. C’est motivant pour nous de créer de nouveaux produits. »
L’équipe de production part en repérage sur le terrain pour dénicher fruits et plantes à fermenter. Les cidres saisonniers de Revel ont su séduire un public international.

Partager cet article

Articles Similaires